fbpx

Banque digitale, Neobanque ou mobile banking en Suisse et en Europe?

Il fut un temps où la confiance envers une banque venait du positionnement de son agence dans les grandes artères des villes comme la Bahnhofstrasse à Zürich ou encore la Rue du Rhône à Genève. Depuis la crise de 2008 et la convergence de plusieurs tendances, la situation a beaucoup changé et de nouveaux services sont apparus.

En cause, le manque de confiance dans les institutions bancaires. Un tiers des 18–34 ans estime ne pas avoir besoin des banques. Avec internet et un marché avec des intérêts nuls ou négatifs, ces éléments sont la porte d’entrée à de nouveaux participants.

Le premier service a être digitalisé pour mobile est la carte bancaire avec son compte. Ces nouveaux entrants s’appellent néo banque. Une banque pensée à 100% pour mobile. Ainsi que les géants connus d’internet tel quel Facebook, Google ou encore Apple avec dernièrement son Apple card.

Pour ouvrir un compte, vous n’avez besoin que de votre téléphone, de votre adresse et d’une pièce d’identité, tout cela en 20 minutes. Plus besoin de passer dans une agence bancaire, cela se fait sur son smartphone. Ils vont encore plus loin que les banques en ligne, Swissquote en Suisse ou Boursorama en France qui sont les premières à jouer la simplification et la dématérialisation avec des tarifs attractifs.

Après mes deux précédents articles mettant en avant les différents frais cachés des banques traditionnelles, celui-ci sera axé sur la confiance envers ces banques digitales et comment l’évaluer. Trois angles d’approches: des utilisateurs existants avec des sites comme trustpilot.com, du régulateur avec les licences bancaires et finalement leur business modèle.

On les appelle digitale banque ou encore néo-banque mais toutes n’ont pas une licence bancaire et sont seulement des établissements de monnaie électronique ou de paiement. Mais ceux-ci s’associent impérativement à un établissement bancaire, car votre carte de débit Mastercard/Visa, ne peut pas être émise sans un établissement capable d’en émettre.

Un autre élément est leur transparence. Ces nouvelles banques offrent des produits avec une tarification transparente. Comme mis en avant avec mes deux (1,2) précédents articles, ces frais sont assez bien dissimulés sur votre relevé. Ces établissements permettent de réduire un maximum les frais de conversion de devise en offrant des comptes et cartes multi-devises. Un exemple, bunq (néobanque néerlandaise), se désigne comme “la seule banque au monde où vous pouvez décider de ce qui se passe avec votre argent. Ce qui est à vous reste à vous. Et nous ne vendrons jamais vos informations personnelles.

Pour finir, un dernier élément important, vos données. En effet, sur internet, service gratuit est synonyme que l’utilisateur est le produit car son intention et ses données ont un prix. Ces éléments ci-dessus ont un réel intérêt.

Voici une situation en Suisse et en Europe de ces nouvelles banques ou institution émettrice:

Suisse

Neon

Europe

Revolut (licence bancaire non opérationnelle)

Transferwise (pas de licence bancaire)

Non disponible en Suisse

N26 (disponible dans 2–3 mois)

Bunq (néobanque néerlandaise-pas disponible en Suisse)

Monese (UK)

BNext (Espagne)

Laisser un commentaire

Close menu